Bilan 2015 et objectifs 2016

Comme l’année dernière, j’aime faire un petit bilan de mon parcours de sportive durant l’année 2015. Il est important pour moi, de faire le point et de prendre du recul sur mon vécu. Je pense que c’est essentiel pour apprendre de nos erreurs afin de ne pas les reproduire.

Ce n’est pas pour autant que je reste focaliser sur mes échecs. Je préfère me dire que je vais avoir ma revanche un peu plus tard. Il faut savoir aller de l’avant, d’où mes prochains objectifs que je souhaite partager avec vous.

Bilan :

Cette année, j’étais trop gourmande au niveau des courses. C’est super de dire oui à toutes les invitations, mais au bout d’un moment le corps n’arrive plus à suivre. Il dit : STOP. Quand on a qu’une envie : découvrir toutes les courses. Il est malheureusement impossible pour mon corps de tenir le rythme tout en accordant une bonne préparation.

J’ai appris énormément sur mon corps et ses limites. Je ne suis pas une débutante mais je fais encore des erreurs. En même temps, qui n’en fait pas ?!

Je suis toujours autant passionnée par le sport mais j’ai décidé d’alléger le rythme que je n’arrive pas à suivre entre la vie professionnelle, la vie personnelle, l’entrainement et le blog (réseau sociaux). Je précise encore une fois, que le blog n’est pas du tout mon activité professionnelle. Je n’ai pas un salaire à la fin du mois.

Mon année fut difficile à gérer au niveau du rythme. J’ai ressenti une grosse baisse de mes performances suite à un gros manque de sommeil. Je peine encore à récupérer ses nuits manquantes. Je n’ai pas baissé les bras, et je suis déterminée à continuer quoi qu’il arrive.

Même si les performances n’étaient pas vraiment celles que je visais, je suis très heureuse des expériences que j’ai eu la chance de vivre. Finalement, je me rends compte que j’y accorde plus d’importance qu’un simple chronomètre. Je l’accorde, c’est un peu difficile à l’encaisser. Sans honte, je suis fière d’avoir tenu. J’ai augmenté mon seuil de tolérance à l’effort et ma détermination. Deux compétences importantes lors d’une pratique sportive pour garder la motivation.

Je me suis donnée au maximum avec le corps en compote. J’ai avancé dans une pratique plus spécifique de la course à pied avec des véritables fractionnés et de l’endurance fondamentale. J’ai évolué dans la théorie et dans la pratique.

Connaissant ma fatigue, je suis restée têtue et bornée. Des défauts que j’assume complétement. Seulement, le corps a su me dire qu’il était au bout du rouleau. Pour le coup, j’ai décidé de lever le pied à la rentrée de Septembre.

Quand je regarde en arrière, je me dis que j’en ai parcouru du chemin. J’ai modifié ma pratique au fil de mes challenges. Même avec les embuches, j’ai toujours réussi à garder ma motivation. Cela prouve que nous sommes tous en capacité de le faire. Un minimum de volonté, on évolue à son rythme et on prend vite l’habitude.

C’est génial de courir un marathon, mais il faut être prêt. On s’améliore à chaque sortie, on progresse à vue d’œil, on acquiert une aisance respiratoire, la foulée est plus fluide… mais il ne faut pas sauter les étapes.

Finalement, je reste sur ma faim. J’ai la sensation de ne pas avoir rempli mon contrat avec moi-même. Ce n’est pas qu’une question des chronos, mais plus le fait d’avoir pris trop de temps à m’apercevoir de ma fatigue. Je pensais vraiment connaître mes limites et écouter mon corps. J’ai vraiment fait abstraction de certains signes et je culpabilise un peu. Ma pratique de la course à pied, de la natation ou autres activités n’est pas liée à une performance. Si elle est là, je suis heureuse mais si elle n’est pas présente sur la ligne d’arrivée… Je vais vite m’en remettre. Pendant quelques temps, j’ai oublié ce côté. Je me demande encore comment j’ai pu l’oublier. Je cours avant tout pour moi, avoir une bonne hygiène de vie, me faire plaisir et découvrir des nouvelles choses.

Néanmoins, même si mon bilan semble négatif, ce n’est pas du tout le cas. Je garde en souvenir toutes les rencontres, les échanges, les courses en groupe, les paysages, les découvertes et vous qui me suivez depuis le début du blog.

?

Objectifs : Avoir des objectifs, c’est bien. Pouvoir les réaliser, c’est mieux.

Au niveau des objectifs, je me rapproche de ceux qui sont atteignables. Je souhaite toujours me surpasser et me pousser pour les atteindre.

En 2015, j’ai vraiment eu la chance de participer à des belles courses et de découvrir des nouvelles activités. Je ne souhaite pas être autant fatiguée à la fin de l’année. Cependant, je ne regrette aucun instant vécu et si je dois recommencer, je le referais sans hésitation. C’est des expériences que je ne peux pas refuser car j’ai cette soif de vivre des moments surprenants et inoubliables.

Marathon :

Il est encore là, celui-là. Je n’ai même pas peur. Je vise une meilleure préparation et de le finir sans avoir mal au dos et sans les brûlures. Bref, le chrono n’est ABSOLUMENT pas visé. Je veux vivre le marathon sans la souffrance que mon corps a subit.

Semi-marathon :

Pour le moment, j’aimerais vraiment descendre sous les 1h55. Surtout que sur ma montre Garmin 920XT, la prévision me donne 1h49. Bon, ce n’est qu’une donnée approximative mais quand même : 6 minutes, c’est énorme.

Je maitrise bien la distance, je souhaite vraiment travailler la vitesse et ne plus me focaliser sur ma capacité d’endurance. Je sais que je peux tenir, donc il ne faut plus que je reste sur mes acquis. Il va falloir que je travaille un peu plus mon mental pour me pousser davantage sur mes entrainements et mes courses.

Même avec une forte fatigue, j’ai réussi à récupérer un peu en septembre en passant sous les 2h. Je suis très fière de moi car j’avais peur de ne pas retrouver mon niveau.

Pour le moment, je n’ai pas encore cette distance dans mon calendrier. Cela m’embête un peu de refaire le semi-marathon de Paris que je connais déjà. J’ai vraiment envie de découvrir autre chose. Après, ce n’est pas non plus horrible de refaire la même course deux ans de suite.

10km :

Je me rends compte que je me dirige plus facilement sur le semi-marathon. Peut-être parce que je préfère l’endurance et non la vitesse. Bref, j’ai décidé de travailler ma vitesse donc je vais faire plus de course de 10km. La question est plus de mieux gérer mes capacités en vitesse que le chronomètre. J’ai vraiment du mal à me mettre dans le rouge par peur de ne pas tenir toute la course. UN énorme travail en amont va avoir lieu pour mieux me faire confiance. Cela me ferait vraiment plaisir de passer sous les 50 minutes. Si je n’y parviens pas, ce n’est pas la fin du monde.

Cette année était pleine… mais surtout je note des belles rencontres 😍 En voici une petite partie 😆

A post shared by La Smoukinette Panda Sportive (@lasmoukinettepandasportive) on

Triathlon :

Comme l’année dernière, je me suis juste mouillée. J’ai décidé de faire le Garmin Triathlon de Paris en entier. Un énorme challenge que je souhaite relever. Je suis TOTALEMENT consciente que je ne vais pas être très bien préparée avec le marathon de Paris et surtout sans le vélo. Un vélo d’appartement, c’est bien mais cela ne vaut pas un vrai parcours à l’extérieur.

Ce défi m’angoisse un peu tout en m’excitant. Un mélange un peu étrange. J’ai peur de ne pas gérer les changements entre les activités. Je ne vise pas une performance, juste vivre une belle expérience avec tous les sports que j’aime dans les temps.

Il va juste falloir que je trouve une solution pour un vélo et son équipement d’ici fin mai.

Aquathlon :

Je rêve toujours de participer à cette épreuve qui semble ne pas vouloir de moi. J’ai regardé le planning de 2016, quand c’est en région parisienne soit j’ai une course soit je travaille….. Sinon, c’est vraiment trop loin. Je suis tellement déçue. Mais je n’ai pas dit mon dernier mot.

La natation :

Cette année, j’ai laissé la natation de côté. J’étais terriblement frustrée que la course prenne le dessus sur mes autres activités. J’ai vraiment du mal à trouver un rythme d’entrainement qui pourrait me convenir lors de ma préparation marathon tout en gardant la natation et le vélo. Cela m’angoisse un peu de commencer l’année 2016 avec toujours ce même problème.

J’apprécie toujours autant ce sport, je me questionne sur le fait d’intégrer un club de triathlon ou juste de natation pour bénéficier d’un suivi plus spécifique. Mais cela va me faire bizarre de ne plus nager avec mon mp3 aquatique…. Et la contrainte des horaires. En même temps, cela ne peut pas être pire qu’actuellement au niveau des horaires.

Le vélo :

Il y a encore du travail… Il me faut un vélo. C’est génial le vélo d’appartement mais cela ne vaut pas un vélo extérieur. Cependant, j’aime beaucoup me poser devant un épisode d’une de mes séries et faire mon sport.

Le training :

J’ai un peu délaissé le renforcement musculaire par manque de temps. Je le sens énormément au niveau du ventre. Pour avoir une meilleure posture et aisance lors de ma pratique, je compte vraiment reprendre un rythme efficace.

Liberty running :

Mon petit groupe sympa qui m’accompagne toujours dans mes aventures. Je ne sais pas comment ils ont la patience, mais ils sont toujours là. Haha ! J’ai quelques projets que j’ai en tête mais par manque de temps… Je ne sais pas si cela va voir le jour. Je ne préfère pas m’avancer sur ce sujet mais les idées sont là. Ils me manquent juste des partenariats pour avancer plus facilement.

Le blog :

En 2016, je vais prendre plus de temps à me poser même si je suis en retard sur certains de mes articles. En général, j’ai un panel en avance, c’est le temps de faire les photos qui se fait attendre ou d’avoir une personne disponible.

Par exemple, tous les articles de natation sont prêts. Il me manque juste les photos dont les piscines refusent de m’autoriser à les prendre. J’ai eu pas mal de bâtons dans les roues. C’est vraiment épuisant de se battre pendant 2 mois, ne pas avoir des réponses… pour finalement devoir les faire dans un autre département.

Je porte :

Un T-shirt à manches longues Adidas, un collant Mizuno, les baskets Wave Mujin Mizuno , la montre garmin forerunner 920XT et  un bandeau Nike. Vous pouvez voir les Sayonara, les wave rider 17 et les wave rider 18 de Mizuno.

?

Et moi :

Je vais essayer de trouver un rythme qui me correspond. Je veux vraiment arriver à une harmonisation de toutes les activités que j’aime. J’ai eu l’impression de manquer de temps durant toute mon année. J’ai laissé la cuisine de côté alors que j’adore ça. Je trouve cela relaxant. C’est moins bien pour la ligne.

Dans l’année, je souhaite me pousser encore plus pour sortir de mon petit confort. Pourtant, je déteste la routine mais quand il s’agit du sport… c’est un peu plus difficile de sortir de cette zone de confort.

Je pense sincèrement que j’ai encore des choses à apprendre et je suis ouverte aux conseils. J’adore partir à la rencontre des personnes et partager.

Plus le temps passe, plus je songe à une reconversion. Mais dans quoi ? C’est bien la question piège. Le sport ? J’aime beaucoup mon métier avec les enfants.Le fait de reprendre des études me repoussent un peu. Je pars du principe que mon métier me plait, que je ne souhaite pas arrêter. Je veux juste me préparer car je sais qu’il va être compliqué de trouver un poste en province.

J’ai des tas de projets mais j’attends de voir la suite et l’évolution. Je ne souhaite plus me mettre autant la pression pour des projets que je risque d’abandonner soit par manque de temps ou la peur de l’échec. C’est un peu difficile de changer sa vie du jour au lendemain. Je suis encore fière de ma mère qui a effectué une reconversion en pâtisserie. Il faut vraiment avoir du courage.

Bref, formation ou pas ? Freelance ? Des questions auxquelles je dois répondre en 2016.

Quoi qu’il advienne, j’ai encore du mal à réaliser ce que j’ai accompli en si peu de temps. Certes, le sport a changé radicalement ma vie, mais mon coup de tête de faire un blog aussi. J’ai appris à apprivoiser WordPress, Instagram et Twitter alors que je n’y connaissais rien. Bon, ce n’est pas encore ça avec Snapchat, selon les retours de ma sœur.

Moi, la non-sportive que j’étais, j’aime plus que tous mes habitudes. Auprès de mes collègues, je suis la nana qui ne mange que du chou rouge… devant le mcdo qu’elles dégustent. Et alors ? Finalement, ça ne me renvoi qu’une chose : je suis plus forte que ce que je pensais. J’ai totalement confiance en moi, même si je craque sur un paquet de bonbons, du popcorn ou du fromage…  Et alors, ce n’est pas à tous les repas. Je sais que si je retourne à une mauvaise hygiène de vie, je vais me sentir faible, malheureuse et honteuse. Certes, je ne fais pas un 34 ! Mais je me sens bien dans mon corps car je m’en occupe. Au quotidien, je repousse mes limites en affrontant des cochonneries à la boulangerie.

Je tenais à vous remercier d’être là, de me suivre, de me soutenir, de partager avec moi, ici ou sur mes réseaux. Merci ✨

Bonne année 2016 :)

Quel est votre bilan sportif de 2015 ? Quels sont vos objectifs pour 2016 ?

à très vite

2 réflexions sur “Bilan 2015 et objectifs 2016

  1. un sacré bilan pas forcément négatif puisque tu arrives à apprendre, et à te poser des questions sur tout même 😉 par contre tu te mets déjà de sacrés objectifs pour 2016 ! j’espère de tout coeur que ça marchera pour toi ! Si tu veux venir faire le semi-marathon de Niort je serai heureuse de t’accueillir 😉
    pour moi l’objectif cette année c’est agrandir les distances, pour l’amélioration du 10km, j’y pense, mais je crois que ce sera pour 2017 !
    bon courage à toi, garde le moral et ta volonté 😉
    bise

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s