Mes conseils: Courir en couple

C’est avec lui que j’ai commencé, d’où cette chance incroyable de continuer à progresser à ses côtés. Si vous avez lu mon histoire (ici), vous n’êtes pas sans savoir que j’ai commencé par le renforcement musculaire et la corde à sauter. Le fait de mettre mes baskets pour aller courir dehors était de loin ma passion.

Mon mari m’avait supplié de l’accompagner faire un footing. Je me souviens ENCORE de ma tenue HORRIBLE (Sweat à capuche trop grand et pantalon XXL). Vive le cauchemar! C’est pour vous mettre dans mon état d’esprit et la motivation que j’avais à ce moment précis. Ce fut difficile au point de vue de la respiration mais mes jambes avaient la forme.

Je n’ai pas baissé les bras, et nous avons continué nos petites sorties. Une habitude qui a continué jusqu’à l’hiver suivant. Mon mari a tendance à hiberner dès qu’il fait froid. J’ai saisi cette chance de partager une activité commune pour passer plus de temps avec lui.

Au fil du temps, nous avons repris ensemble en compagnie de nos ami(e)s afin de partager encore ce sport et ce moment. Des fois, nous courons que tous les deux et d’autres fois, nous y allons avec notre petit groupe. Il m’arrive aussi de courir toute seule car j’en ressens le besoin. Je pense avoir une organisation qui me correspond et qui se complète parfaitement.

Pour permettre un bon fonctionnement, nous avons nos petites habitudes / règles qui font que nous nous disputons jamais lors de nos sorties. Elles se sont établies naturellement. Je vais faire en sorte de vous les partager pour faire ce sport un moment à vous deux. Les histoires de couple ne sont pas évidentes donc si notre fonctionnement peut vous être utile… Je ne peux qu’en être ravie.

20151111_155104

Les parcours:

Nous avons trouvé une osmose dans nos sorties avec nos circuits que nous aimons énormément le long du canal. On se connait parfaitement, c’est ainsi qu’on aperçoit quand l’autre n’est pas au meilleur de sa forme.

Le parcours est souvent le même avec une bonne boucle qui longe le canal, il est mon circuit préféré car on a toujours un œil sur l’autre. La visibilité permet de garder un regard attentif sans stresser. Je me sens parfaitement en sécurité sans me faire des films dès que je croise une personne. D’ailleurs, voici un post avec mes conseils pour courir en toute sécurité >>.

Lorsqu’il s’agit d’une séance de fractionné sur la piste, le problème se pose un peu moins car nous ne pouvons pas nous perdre de vue. Vu que nous n’avons pas les mêmes objectifs, nos séances ne coïncident pas. Nous gardons l’échauffement et le retour au calme à faire ensemble.

La différence de niveau:

Il fut un temps où j’avais une petite longueur d’avance sur lui. Il était frustré et ne prenait plus de « plaisir » à courir avec moi. La technique de faire des aller et retour peut quelque fois être très frustrante pour votre partenaire. Je l’avoue que c’est vraiment désagréable sur les premières sorties. Dorénavant, quand il me le fait, je l’accepte beaucoup plus facilement. Je ne le remarque plus, je me dis que nous sommes unis dans l’effort. Le principal est de vivre ce moment tous les deux.

Rien ne sert de se comparer à l’autre. Nous ne sommes pas en compétition. Quel est l’intérêt de créer une situation gênante qui risquerait de ne plus donner envie à la personne de courir avec vous? Personnellement, je n’en trouve pas. Je trouve cela vraiment pénible, rabaissant et méchant pour les personnes qui accompagnent de créer une rivalité.

Courir ensemble ne se restreint pas à juste bruler des calories pour garder la ligne. C’est partager un moment de plaisir, se dépasser, rigoler, se soutenir et se donner une énergie incroyable. Si vous avez un niveau plus élevé que vos partenaires, il faut les amener à repousser leurs limites.

Néanmoins, je ne suis pas une personne qui va faire des compliments à gogo. Les raisons restent très simples : Je trouve cela vraiment lourd et je n’aime pas qu’on me le fasse. Il n’y a rien de pire qu’une montagne de compliments et / ou encouragements qui n’ont pas de sens .

De même que ce n’est pas le moment d’étaler sa science à votre partenaire. Mon mari lit les mêmes magasines que moi, autant vous dire que je ne vais pas lui répéter le même discours. Je pars du principe, qu’il est capable de me demander si une question lui vient à l’esprit. Quelques fois, on partage nos petites astuces, nos sensations ou nos erreurs.

Par contre, je me souviens encore que mon mari prenait à cœur sa mission de me guider et de me conseiller. Pourtant il n’avait pas une très grande connaissance dans ce sport. Il m’a donné des conseils , sélectionné mes chaussures,… Bref, il était vraiment pédagogue et très patient.

20151111_160410

Le programme d’entrainement:

Vous vous demandez comment j’arrive à concilier les séances avec mon plan d’entrainement. Au début, j’ai cru que c’était ingérable et stressant. En réfléchissant bien, j’ai trouvé des solutions pour nous permettre de vivre encore cette pratique tous les deux sans compromettre l’entrainement de l’autre.

Mon mari court très peu de courses officielles, je suis souvent toute seule à suivre un plan d’entraînement. Le 18 octobre, SON objectif était le semi marathon de Meaux. Vous pouvez lire mon compte-rendu de l’année dernière où j’ai lâché au bout de la seconde boucle en espérant repêcher mon mari très loin derrière moi.

Cette année, j’ai encore galopé le bitume de ce semi marathon sans lui. Il n’a pas voulu que je l’accompagne. Je ne voulais pas le forcer. Je peux comprendre qu’il souhaitait rester de son côté. Il est possible que je le stresse rien que par ma présence. Il fallait que sa course reste un moment de plaisir, mon souhait n’était pas de « gâcher » ce moment qui peut-être très individuel. Un réel moment solitaire de dépassement de soi. Pourtant, j’avais bien envie de partager une course entière avec lui.

Même si j’ai suivi un plan d’entrainement pour la course des 20 km de Paris, mon mari a décidé de me suivre dans mes entraînements. Il voulait me mettre « la misère ». C’était bien tenté mais il a perdu. Cependant, il est moins respectueux des plans que moi.

Le plus simple, lorsque les deux caractères sont opposés (comme nous), il faut communiquer avant le départ de la sortie que nous volons faire. Ainsi, nous ne sommes pas mis au pied du mur à subir une séance que nous ne souhaitons pas.

Lors des courses officielles:

Avant le départ, nous restons toujours ensemble. Je me sens plus sereine avec sa présence dans la masse de runners.

Dès nos premières courses, nous avons convenu de faire à notre rythme sans s’attendre vu que nous n’avons pas le même niveau. Ainsi, aucun de nous deux ressent une frustration car il avait promis d’accompagner l’autre. A la fin, nous arrivons toujours à nous retrouver alors que mon mari n’a jamais son téléphone et que nous ne nous fixons pas de point de rendez-vous.

Néanmoins, depuis quelques courses, je ressens le besoin de ralentir pour retrouver MALENCONTREUSEMENT mon mari. Dans mon malheur, je n’y parviens jamais. Je me dis que le semi-marathon de Meaux est notre moment à nous deux. Il m’a inscrit à ma première course : les 5 km de Meaux. Je souhaite le remercier pour ce chemin que j’ai parcouru grâce à son acharnement ce fameux jours où j’ai enfilé ce sweat noir pour faire des tours du stade. J’ai envie de l’accompagner comme il l’a si bien fait lors de mon marathon de Paris. Je veux lui tenir la main quand nous allons passer la ligne d’arrivée le 18 octobre.

Et quand on voyage?

Quand nous partons, je prépare toujours un parcours de sécurité. Lors de notre roadtrip, toutes les villes avaient un petit parcours organisé très longtemps avant pour me sentir sereine.

J’avais beau montrer le programme à Monsieur mais il est plus du genre à ne pas respecter les ordres. Il aime faire selon l’envie sans se prendre la tête. Nous n’avons pas suivi un seul de mes parcours. J’étais un peu déçue. Néanmoins, j’ai accepté vu que c’était vraiment un moment de détente et de visite dans les villes. Cette année, j’avais moins besoin de me sentir « organisée » . En effet, c’était moins contraignant. Sur ma montre, j’ai la fonctionnalité « retour au départ » qui me guide si je n’arrive pas à retrouver la direction.

On parle ou se met dans notre bulle?

Notre MP3 nous accompagne TOUJOURS, cela peut paraitre horrible pour vous mais nous aimons courir avec. La musique est un véritable moteur dans notre pratique. Je ne veux pas faire de ce temps à deux un moment où nous parlons de notre journée au travail. Notre sortie running est une période qui nous permet de nous volatiliser de notre rythme de vie parisien. Je me plains d’avoir deux heures à conduire par jour juste pour le travail… mais mon mari a le double.

20151111_160452

S’adapter à l’autre?

Lors de mon entrainement pour le marathon de Paris, mon mari a toujours respecté mes allures très lentes. Il a toujours souhaité m’accompagner dans mon défi. S’il souhaitait augmenter son allure, il me prévenait et se retournait régulièrement pour vérifier si je n’étais pas trop loin. Dans le cas où la distance était grande, il revenait sur ses pas. Finalement, c’est très simple de courir à deux en ayant des allures différentes. Il suffit vraiment de le vouloir et d’avoir le bon comportement pour y arriver. Ce n’est pas parce que nous revenons sur nos pas que nous perdons notre temps, loin de là.

De même qu’il est important de savoir courir lentement pour progresser. Je ne cache pas que c’est vraiment très frustrant et difficile. Il est vraiment important de faire de l’endurance fondamentale pour voir ses performances qui augmentent.

Une réelle source de motivation:

Le fait de courir en couple permet de se motiver et de s’encourager mutuellement. Nos entrainements nous permettent de passer du temps ensemble afin de prendre soin de nous. Nous donnons des petits conseils à l’autre pour lui faciliter sa pratique. Cependant, il ne faut pas critiquer mais simplement expliquer vos propos.

Même si la motivation vient d’abord de soi-même, j’apprécie vraiment sa présence pour me dire les mots justes quand je suis au bout de ma vie. Il suffit d’un simple regard pour que je ne lâche pas même lorsque c’était vraiment difficile. Mon mari souhaite vraiment que je me dépasse au quotidien pour atteindre mes objectifs. Il m’entend très souvent me plaindre ou être mécontente de ma sortie. J’ai un énorme défaut qui est perfectionniste qui se combine à un manque de confiance en soi. Le mélange ne donne pas forcément un très bon cocktail. Je peux vite baisser les bras par peur de l’échec.

Le simple fait d’avoir quelqu’un qui vous accompagne, pas forcément la personne qui partage votre vie, donne une raison de tenir votre sortie jusqu’au bout. C’est juste une petite dose supplémentaire lorsque la motivation connait une petite baisse comme une bonne côte.

Je suis la première à sautiller partout pour aller courir ! Des fois, je grogne car il met trop de temps à se préparer. Il en joue énormément.

20151111_155913(0)

Nous portons : Adrien: T-shirt Funisher Running Bob l’Eponge, Baskets Asics Gel Kayano , Short Asics, Montre Garmin Forerunner 225.

Moi: T-shirt Funisher Running Bob l’Eponge, Baskets Mizuno Wave Rider 18 modèle OSAKA , Short Kalenji , Montre Garmin Forerunner 920XT

Une belle complicité:

La vie quotidienne est loin d’être la plus palpitante avec la répartition des tâches ménagères. Pour le bien de mon couple, qui a connu des hauts et des bas, je constate que nous prenons plus de temps à faire des activités ensemble.

En effet, la routine du quotidien n’est pas forcément très bonne. Bref, je ne vais pas m’élargir sur le sujet. Le fait de partager cette pratique, nous permet de décompresser de notre train-train quotidien avec toutes les tensions qui regorgent.

Savoir se détacher:

Dans mon caractère, je suis une personne qui aime la solitude. Si je dois courir toute seule car personne est disponible pour m’accompagner, je chausse tout de même mes baskets. Il y a des périodes où je ressens vraiment le besoin de me retrouver toute seule. C’est un peu une période où je me confronte. J’aime vraiment courir avec ma musique en m’évadant totalement.

Il est nécessaire de savoir faire son sport sans avoir quelqu’un pour vous accompagner. Finalement, vous êtes dépendants de celle-ci. En effet, cela peut entrainer une frustration si vous ne pouvez pas courir car la personne est indisponible.

J’apprécie vraiment les sorties en solitaire pour me libérer de la présence d’autrui. Nous ne sommes pas un couple fusionnelle, et nous aimons faire des choses de nôtre côté.

Par contre, j’apprécie les moments que je partage avec les personnes qui m’accompagnent lors de mes sorties.

Bilan:

Certes nous n’avons pas le même degré pour notre attirance du running mais nous partageons ce moment à deux. C’est le plus important à mes yeux. Il m’a fait découvrir une nouvelle smoukinette qui est totalement passionnée par ce sport. Je ne lui demande pas d’avoir le même niveau que moi mais simplement de s’intéresser à ma pratique. Dans un couple, il y a de l’investissement qu’il faut toujours agrémenter. Mon mari a d’autres passions: la batterie et le tennis dont je fais vraiment en sorte de m’intéresser. La communication est autant essentielle que le reste.

Il ne faut pas croire que tout est simple. Il est indispensable de mettre de l’eau dans son vin. Je n’ai pas la recette miracle mais simplement le mode de fonctionnement qui correspond à notre couple.

C’est un réel moment agréable que j’adore renouveler. Les casquettes ont changé, maintenant je réclame pour qu’il m’accompagne. Il reste LA personne avec qui je partage mes craintes, mes objectifs, mes souffrances mais surtout mes plus beaux souvenirs. Nous nous dépassons toujours ensemble. Même lorsqu’il ne peut pas m’accompagner à une course officielle, j’ai toujours un message pour m’aider à me dépasser.

Et vous, vous courez avec votre partenaire de la vie de tous les jours? Vous avez des petites astuces?  Quel est votre meilleure anecdote?

A très vite 😉

Merci à Dany pour les photos 🙂

6 réflexions sur “Mes conseils: Courir en couple

  1. Merci d’avoir partager tes impressions. C’est vrai que c’est compliqué parfois tout le monde n’a pas l’âme d’un coach. Le partage est primordial quoiqu’il arrive. ça reste un sport individuel pour le moment où arrive la compétition c’est pas faux ! Concernant l’entrainement, je pense qu’il faut écouter l’autre pour éviter les frustrations

    J'aime

  2. Super génial cet article !!!!!!!
    J’aime bien que tu racontes cela, ça permet d’avoir une autre vision de la course.
    Ce n’est pas moi qui te dirait l’inverse sur courir en couple puisque je le fais aussi même si du coup hors de questions les écouteurs, sans quoi je me fais déchirer mdr
    Ton article me donne envie d’en faire un aussi sur mon point de vue de courir en couple :XX
    Vous êtes au tops les Bobby sponge :p

    J'aime

  3. Super ton article , j’aime courir en groupe ou avec une amie qui a un niveau inférieur au mien mais j’aime la pousser dans ses retranchement pour qu elle se dépasse , lui donner des conseils pour qu elle progresse et sa fonctionne 🙂 , courir seul sa fait du bien aussi a son rhytme 😉 selon la course que je prépare

    J'aime

  4. Pingback: La nouvelle campagne de Mizuno : Never Stop Pushing | ♡ La smoukinette panda sportive ♡

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s