Mon compte-rendu: Ma balade au marathon Nice – Cannes

Dimanche dernier, j’ai repris le chemin des sas. Parce qu’on ne refuse pas une invitation de Garmin qui sponsorise le marathon des Alpes Maritimes Nice-Cannes! A moi le week-end au sud de notre beau pays. D’ailleurs, c’était la première fois que j’allais me rendre dans ce coin.

J’attendais avec impatience cette course. Théoriquement, je n’avais plus de course dans mon programme pour me remettre un peu plus à la natation qui me manque énormément. J’étais tellement curieuse de courir dans un cadre aussi magnifique que j’ai décidé de courir ce marathon en relais de quatre runneuses. Nous avons eu la chance d’avoir une météo splendide : ciel bleu et des températures agréables. C’était le week-end inespéré au climat azuréen pour survivre au blues de l’automne froid que nous avons en région parisienne.

Me voici embarquée avec la belle équipe de runneuses : Garmin Women Team. Je vais profiter de la Promenade des anglais avec mes jolies baskets. Son parcours longeant la grande bleue entre les palmiers. Je suis au paradis pour chausser mes baskets.  J’ai l’impression d’être dans un film avec les palmiers autour de moi.

IMG_20151107_111508

Avant le départ:

Tout d’abord, le mercredi 20 octobre, j’ai eu la chance de découvrir toute l’équipe que Garmin a convié lors de cette course. Une bonne soirée que j’ai expliqué dans cet article >>.

Au final, le vendredi soir, je me suis envolée de Paris . Quel plaisir de prendre ma journée de travail pour vivre une week-end loin de la pression. Un tel soulagement de partir loin de tout. Même si je ne cache pas que mon mari m’a manqué. J’avais vraiment besoin de me déconnecter , de prendre un peu de soleil, de vivre ma passion au maximum et surtout profiter de cette chance que j’avais.

Une fois à l’aéroport, je retrouve les  coureuses-blogueuses qui sont aussi de la partie : @sogladfit @camille_pic  @frogita @marinette_gds  @parisenforme  @mademoisellerun @amelietauziede. On a pu se mettre dans l’ambiance durant l’attente.

Parlons de la préparation, je n’ai pas grand chose à vous dire. Après le semi-marathon de Meaux, je me suis donnée une semaine pour récupérer des deux courses que j’avais enchainé. Deux semaines pour me remettre en forme. Je n’avais pas établi un plan pour atteindre un objectif.

C’est un des marathons les plus réputés. Pour ma part, je l’ai effectué en équipe pour vivre une aventure commune. Nous nous partageons la distance avec un relais. Je voulais vraiment faire une distance plus petite qu’un semi pour savourer ma course.  Une occasion de parcourir la distance mythique des 42 km 195 m en équipe pour profiter du plaisir de la course à pied et des paysages. Ce sport peut aussi se faire en solidarité et être un moment de partage. Chaque relayeuse va faire sa distance à son rythme pour accomplir le challenge ensemble.

IMG-20151107-WA0028

IMG_20151107_132328

Le samedi:

J-1, le soleil se lève sur Nice. Un cadre avec des conditions idéales pour en profiter au maximum : Soleil, ciel bleu et la plage.

Un petit déjeuner dans notre hôtel pour reprendre un peu d’énergie avant de filer à la présentation des nouvelles montres Garmin Forerunner 230, 235 et 630. Nous avons aussi l’occasion de prendre en main la 225 que je connais déjà très bien. Vous pouvez lire mon test ici.

Lors de notre petit footing, nous avons pas mal abusé de ce magnifique soleil et de la plage. En même temps, c’est le lieu propice. Ça serait vraiment dommage de ne pas en profiter. Un bon bol d’énergie pour me surpasser le lendemain.. ou pas. Notre coach Salah , nous a donné tous les conseils pour nous échauffer correctement sur place durant l’attente du départ. Un petit plouf dans l’eau et il faut déjà partir pour la suite du programme.

IMG-20151107-WA0033

IMG-20151107-WA0044

A 15h, nous avons le droit à notre activité surprise : Un cours de yoga avec vue sur la mer. Mon premier cours de Yoga avec une professeur. Il faut bien un début. J’ai beaucoup apprécié cette activité  qui était vraiment bénéfique pour bien étirer mon corps avant la course. On a beaucoup rigolé tout en se faisant dorer la pilule au soleil.

IMG-20151107-WA0054

Vers 17h, c’est l’heure du passage au village de la course. Nous allons au stand de Garmin pour récupérer les dossards et profiter d’un petit goûter. Camille et Mareva  ont eu le droit de faire les stars avec le micro :).

Après une bonne douche, la 3ème de la journée, avec Amélie nous décidons de faire un petit tour dans Nice. Histoire de profiter un peu de la ville. Ce fut très rapide en 30 minutes… Mais cela a fait du bien de prendre un peu l’air.

Le soir, nous avons eu le droit a une pasta party avec des pâtes complètes à la bolognaise. On récapitule le déroulement complet du dimanche. On a pas de seconde chance. De toute manière, s’il y a un pépin en cours de route, le point de rdv est à Cannes!

Je retourne à ma chambre pour préparer mon racepack. J’hésite longtemps entre le short et le corsaire. Par contre, le choix des baskets fut rapide vu que mes mizuno wave rider 17 étaient trempées.

Enfin au lit pour me reposer avant le réveil de la mort!

IMG_20151107_232213

Le jour J:

Dimanche matin, réveil à 5h30. Dur pour un dimanche, mais il faut du temps pour ingurgiter un petit déjeuner costaud et rallier la Croisette.

Marie m’informe que sa montre n’a plus assez de batterie. Je décide alors de lui prêter la forerunner 235 pour courir qu’avec ma garmin 920XT. Snifouille ! Mais l’esprit d’équipe avant tout. Ma montre est bien plus qu’une montre, c’est mon coach sportif au poignet. J’ai vraiment du mal à me séparer de ma 920XT tellement qu’elle est complète. Elle m’accompagne vraiment dans tous mes efforts.

A 8h, le soleil pointe sur la côte. Une seule idée avant le départ: se faire plaisir, la seule solution pour garder l’envie le plus longtemps possible.

Pour ma part, j’étais prévue au deuxième relais (de notre organisation) au départ de Cagnes-sur-Mer jusqu’à Antibes Juan-les-Pins soit un total de 13,3 km. Comme pour toutes les autres courses, j’étais encore bien stressée la veille. C’était la seconde fois que j’effectuais une course en relais. Vu ma dernière expérience lors du triathlon de Paris, j’avais vraiment peur de revivre cet échec. Cependant, je dois tirer mon chapeau devant l’organisation exemplaire de Constance qui a programmé le déroulement comme une chef.

IMG_20151108_081700

Je porte :

Un corsaire Mizuno, les baskets Mizuno Wave rider 18 avec le modèle OSAKA et la montre Forerunner 920XT de Garmin.

Je suis en avance au point relais. J’ai le temps de faire un arrêt pour savourer le reflet du soleil sur la mer. C’est juste sublime. Nous sommes beaucoup à nous diriger vers le même endroit.

C’est la première fois que j’ai la chance de voir les premiers concurrents. C’est très impressionnant, ils ne souffrent pas. Ils sont concentrés.

Je dois guetter l’arrivée de ma coéquipière depuis le petits espaces réservés pour les relayeurs. Je dois perdre le moins de temps possible au moment du passage du précieux relais ( une ceinture avec une puce traquant notre temps).  Je me fais un petit échauffement car je suis cachée du soleil. J’ai la chair de poule. J’entends mon prénom, c’est Isabelle (alias @frogita) qui m’informe que Gladys (alias @sogladfit) est dans les parages. Je m’avance dans le sas pour éviter que Gladys me cherche trop. Il y a des coureurs de partout, c’est difficile de se créer un chemin alors que c’est fait pour ça. Je l’aperçois à l’horizon, je récupère la ceinture et démarre ma foulée.

Je suis motivée plus que jamais. J’ai récupéré un peu de mon sommeil en retard grâce à mes dernières vacances. J’étais prête à prendre ce départ. J’attrape la fameuse ceinture porte-dossard que je place autour de mon bassin. Punaise, ce n’est pas très pratique cette histoire avec le dossard individuel dans le dos. Je me rends compte que ce n’est pas du tout confortable.  Contrairement à d’autres équipes, nous n’avons pas cet esprit de faire le meilleur chrono. Du moins, nous n’en avions pas du tout parlé. Notre philosophie était de profiter et savourer le paysage qui s’offrait à nous.

J’avais vraiment besoin de soleil pour reprendre de l’énergie.  Après les longues semaines grises, j’étais vraiment épanouie de cette météo. De me couper des réseaux sociaux pour profiter des bonnes choses qui s’offraient à moi.

L’ambiance est top avec ce condensé de bonne humeur. Même si la pression est palpable avec la distance du marathon, l’esprit convivial prend le dessus. On sent sur les visages l’émotion , l’intensité et le dépassement de soi. Pendant quelques instants, j’ai effectué un retour en arrière sur mon marathon. Je me suis souvenue de mes qualités d’endurance et de ma force mentale. Je suis souvent insatisfaite de mes performances. Cependant, cet événement m’a ouvert vraiment les yeux sur ce panaché de performances que j’ai réalisé en trois ans de pratique.  Finalement, plus le temps passe, plus je recherche que chaque foulée me mène vers un plaisir toujours décuplé pour l’épanouissement et le partage. Ce fut le cas.

Comme annoncé, le soleil a pointé le bout de son nez. La chaleur est venue pimenter la course. J’ai profité de tous les ravitaillements pour m’arrêter et boire un gobelet. J’ai vraiment fait la course en mode : Je prends mon temps, je bois, je m’arrose et c’est reparti pour la suite.

Des chants, des applaudissements, des sourires sont au rendez-vous. Il y a du monde partout sur le parcours. Beaucoup plus que sur le marathon de Paris. Je pense que c’est le fait d’avoir des points relais qui créent cette ambiance.

Le parcours en soi est une ligne droite longeant le bord de mer de Nice à Cannes On découvre les plus beaux lieux touristiques de la Riviera : Saint Laurent-du-Var, Cagnes-sur-Mer, Villeneuve-Loubet, Antibes Juan-les-Pins et Vallauris Golfe-Juan.  Un parcours avec vue sur la plage.

J’ai eu vraiment peur en voyant les cinq premiers kilomètres avec des virages. Je n’avais vraiment pas envie de faire que cela. Isabelle n’est pas loin, je la vois de l’autre côté de la route. Il y a un fameux virage au bout. Je décide de la rejoindre. Elle semble en pleine forme et je continue le parcours.

J’arrive enfin sur le bord de mer. Pouah ! C’est juste splendide. J’admire autant les bâtiments que l’horizon avec la mer. Franchement, il faut vraiment en vouloir pour s’ennuyer sur ce type de parcours. Il fait chaud, j’ai bien envie de me jeter dans l’eau. Je ne suis pas là pour ça.

J’ai un peu de mal à être stable au niveau du rythme. Les jambes sont bien mais la respiration se fait difficilement. Pourtant, j’ai bien pris ma dose de prévention pour mon asthme. Je décide de lâcher un peu la vitesse pour me concentrer sur mes sensations respiratoires. Je fais une énorme fixation sur ce sujet. Je me concentre sur mon objectif : donner le relais à Julie.

Lors de mon parcours, j’ai croisé Marie. En effet, je suis passée devant le relais du semi. Elle avait vraiment une forme olympique. Camille est partie depuis 2 minutes. Je lui dis de vite la rejoindre 🙂 haha!

Je respire l’air marin. Je maintiens ma vitesse de croisière jusqu’à me dire qu’il va peut-être falloir que j’accélère.  Il y a quelques faux plats et je m’émerveille du paysage qui s’offre à moi. C’est l’un des plus beaux paysages que je rêvais.

Oups, le panneau des 200m avant le passage du relais est là. N’ayant pas regardé ma montre depuis un bon moment. Je me retrouve bête. Bon, bah j’ai vraiment pas vu le temps passer. Il y a Constance qui m’attend avec le sourire. Elle me dirige vers Julie qui est avec Marion. Elle part à vive allure.

1 heures,6 minutes et 33 secondes plus tard, j’ai franchi la ligne d’arrivée de mon relais 🙂 . Finalement, le chrono ne représente rien. L’essentiel est de passer le relais à Julie qui va faire son petit bout de chemin. Quelle joie et quel bonheur partagés.

IMG_20151108_111919

Nous nous dirigeons vers le dernier point de relais pour déposer Marion. Je l’accompagne pour ne pas la laisser toute seule dans l’attente. Je lui prête ma montre pour qu’elle puisse la tester et mes lunettes de soleil. Je lui conseille de s’échauffer durant l’attente. Nous avons du temps avant de voir Julie qui est en train de savourer le parcours.

Salah vient faire un petit arrêt au point relais. Il a la pêche pour son premier marathon. Il s’amuse à faire des allers entre les filles pour les accompagner. Quelques temps plus tard, nous entendons notre numéro de dossard ! Julie est là. Je l’attrape , Marion enfile la ceinture et nous n’avons même pas le temps de lui souhaiter bon courage. En effet, son relais débute avec une bonne montée. C’est une fois que j’ai vu Marion partir, que je me suis dis : J’aurais quand même pu l’accompagner car je lui avais proposé. Dans l’excitation des choses, je n’ai pas réfléchi. Et Marion n’a pas osé me le redire !!! Snifouille.

Nous nous dirigeons vers le déjeuner-buffet qui était prévu au Carlton de Cannes. Juste en face de la ligne d’arrivée. On a pu se refaire la course et échanger « à chaud » nos impressions sur cette aventure humaine. On s’est bien restaurées et reposées avant le grand retour sur Paris.

IMG_20151108_134007Merci à Amélie pour cette superbe photo ❤

Mon bilan:

Il faut croire que l’air marin du sud est fait pour moi. Entre la météo, les conditions, le parcours, la tenue, cette course officielle de l’année m’a apporté le plus beau cadeau. Je n’ai pas battu mon record personnel 😉 mais ça a donné une bonne dose d’énergie. Ma montre Forerunner 920XT de Garmin m’annonce une vitesse de 11km/h de moyenne. Je suis tellement satisfaite surtout avec le peu de préparation durant les 3 semaines. Comme quoi, il faut savoir relâcher la pression. Se vider la tête de toutes les craintes que nous pouvons avoir, la pression que nous nous infligeons par peur de ne pas satisfaire autrui. Finalement, nous courons pour nous. Le but était de profiter de ma course. Certes nous avons tous envie de grappiller des secondes pour avoir un chrono meilleur mais il faut savoir s’en détacher.

Autour du 8eme kilomètre quand j’ai enfin zieuté ma montre Forerunner 920 XT, je me suis aperçue que c’était plutôt bien.

Je n’ai rien à redire de cette grande classique. J’avoue que courir avec des panoramas exceptionnels, il est difficile de s’en lasser. Je veux bien y rester toute l’année. Découvrir des nouveaux lieux, c’est aussi ça la course à pied. J’ai profité d’une balade très agréable sur la côte méditerranéenne. Le soleil, la mer, les palmiers, les paillettes… un cadre exceptionnel pour un « Marathon 5 étoiles ». Un pur moment où j’ai pu joindre l’utile à l’agréable en jetant un œil sur l’exceptionnel panorama qu’offre ce parcours.

Une organisation exemplaire, les ravitaillements, une belle médaille, une ambiance agréable… une course qui vaut le voyage. La course parfaite pour prendre un maximum de plaisir.

Les points relais sont très bien indiqués et toujours du côté gauche sur le parcours. Il y avait des barrières et un tapis de chronométrage. Les sacs consignes pour transporter les affaires de rechange sont bien gardés dans le sas relais. C’est vraiment important de prévoir un sac avec ses affaires pour se rendre à l’arrivée dans des bonnes conditions.

Au final, j’en garde des très bons souvenirs. Je ne peux que vous la conseiller.  La douceur de Nice à cette période de l’année est vraiment bénéfique..Je termine l’année du bon pied. Dans l’avion, mes pensées étaient encore sur ses souvenirs de ce week-end de folie. D’ailleurs, le retour au travail fut laborieux le lundi matin.

IMG_20151108_165947

Remerciements:

Je remercie énormément Garmin pour ce week-end qui m’a fait du bien. Je tiens à vous féliciter et remercier pour l’organisation de ce petit voyage. Ils ont veillé sur nous avec beaucoup d’énergie, de le la rigueur et du stress tout au long du week-end. Un tout plein de blogueuses running, des déjeuners en terrasse au soleil, de la plage, des rires, de la sueur, du partage, .. Un bon moyen de redonner la force pour survivre à l’hiver qui s’annonce.

Un énorme bravo à tous les participants, à l’organisation et aux bénévoles. Sans hésiter, je conseille cette course qui est idyllique.

Voici les récits des girls :

  • Amélie Tauziede >> Ma belle rencontre de cet événement ❤ Merci pour ta joie de vivre 🙂
  • Marie de Graine de sportive: CR part 1 >> et  CR part 2 >>
  • Isabelle alias Frogita >>

11939663_1664069500503778_1734761730_n

Connaissez-vous le marathon des Alpes-maritimes? Avez-vous déjà participé à cette course? Quelles sont vos prochains objectifs?

A très vite.

6 réflexions sur “Mon compte-rendu: Ma balade au marathon Nice – Cannes

  1. Bravo, j’ai trouvé les relais sympas.
    Je me suis donc essayer au marathon pour la première fois.
    Mon CR est moins glorieux que le tien. J’ai souffert de la chaleur avec le diabète mais cela reste une super expérience.
    Je t’ai vu le samedi soir de loin, mais pas eu le temps de t’appeler que tu disparaissais.
    Bizzzz

    J'aime

  2. Ca donne enviiiiiiiiiiiiiiie 😀
    Mais carrément moi aussi je veux aller courir là bas !!!!!!!!!!!!!! Saint Laurent du Var c’est trop chouette, j’y suis déjà allée en vacances et puis après j’ai fais les alentours, génial. J’avais envie de faire mes valises en rentrant chez moi et de redescendre y vivre !!! (Je devais faire mes études à Aix en Provence d’ailleurs mais bon je suis restée dans mon grand ouest hein mdr bref)
    Je trouve ça super que tu aies pu vivre une telle aventure, ça devait vraiment être top.
    Je n’ai jamais couru là bas, jamais de relai à part en CM1 et c’était pas sur un marathon xD
    Avec Tommy on vient de décider qu’on ferait le marathon de Vannes en duo en octobre prochain. On a le temps de s’y préparer 🙂 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s