Mon Compte-rendu du 10 km Magny-le-Hongre Val d’Europe – ELA

Hello,

CAEpmoiWwAAUj-nDimanche dernier, je suis allée faire une course à Magny-le-Hongre pour soutenir l’association ELA.

Je n’ai absolument peur de rien, après mon semi-marathon de Paris, je rechausse mes baskets de running pour la bonne cause. Ce n’est pas maintenant que je vais me reposer. Vous me prenez pour qui ? Je n’ai pas un petit bouton « STOP » ! Je suis désolée.

En effet, en début d’année, mon copain Ludovic du blog Le pichouin sportif, m’a proposé de participer et de représenter Disney lors ce 10 km au profit de l’association ELA. Comment je peux refuser une invitation ? C’est impossible surtout que c’est la 10ème édition !!

disney-voluntearsC’est ainsi qu’une semaine plus tard, j’étais dans l’équipe Disney VoluntEARS pour participer à la course des 10 km de Magny Le Hongre.

Je partais l’esprit plutôt méfiant sans vraiment avoir un objectif chronométrique. J’avais quand même eu le semi-marathon de Paris auparavant. Après une semaine à être malade et un changement de plan d’entraînement. Je dois modifier mes objectifs. Selon les conseils de Frédéric Coelho, je ne dois pas viser la vitesse mais me concentrer sur ma Fréquence Cardiaque qui est vraiment trop élevée.

Mais … C’est quoi ELA ? C’est une association dont le but est d’aider et de soutenir les familles concernées par une leucodystrophie. Pour faire connaitre les leucodystrophies au grand public, l’association organise de nombreux événements qui contribuent largement à la collecte de dons en faveur de la lutte contre ces maladies. Le but est de faire parler de l’association et de lui apporter un réel soutien.

C’est vraiment une course qui me permet de me rendre utile et d’être solidaire. Je tiens aussi à rappeler que je suis codeuse L.P.C donc je travaille dans le milieu du handicap. Le fait d’allier mon activité sportive au milieu du handicap me tenait vraiment à cœur. Ce type d’événements est vraiment une belle initiative pour mobiliser les personnes. Courir pour soi, c’est bien MAIS courir pour une merveilleuse cause, c’est vraiment encore mieux.

Je pense qu’il est quelques fois nécessaire de se mobiliser pour montrer notre solidarité. Cette course est avant tout une action SOLIDAIRE en faveur d’une bonne cause. Je suis fière d’avoir accepté cette invitation car c’est un moment de générosité et de partage. Le fait de prendre part à cette épreuve est l’opportunité de vivre une expérience en soutenant les personnes qui luttent contre la maladie. J’aime ressentir ce sentiment de satisfaction quand je me dépasse pour la solidarité. C’est magique.

Samedi matin, réveil pour un test des dernières Mizuno Wave Rider 18 à la boutique Marathon de Bercy. Elles sont géniales, cela me conforte dans mon coup de cœur pour son modèle OSAKA. Une grosse frayeur en voyant ma fréquence cardiaque qui ne baisse pas alors que je ne fais presque plus de sport depuis 2 semaines. C’est frustrant et horrible à vivre. Grand moment de doute durant toute la sortie test avec des pavés et encore enrhumée. Au moment de quitter la boutique, je me sens vraiment mal, des grosses bouffées de chaleur et la tête qui tourne. Je coupe rapidement la conversation avec le commercial et je demande à mon mari d’aller à la boulangerie pour me prendre quelque chose à boire. Oui, il n’y avait pas de collation à la boutique. Une fois, la boisson bu, je me suis sentie beaucoup mieux mais sincèrement cela m’a fait vraiment peur. J’avais pourtant bien déjeuné le matin…

Je me suis sentie tellement mal et honteuse toute la journée. Des grosses remises en questions. Mais finalement, avec le recul, j’avais vraiment trop chaud (polaire + veste), pas d’eau sur moi, malade et fatiguée par des nuits saccadées par le rhume. Une belle accumulation…

Je passe alors ma fin d’après-midi dans mon lit à essayer de dormir : Echec complet. Je suis donc fatiguée pour me rendre à la soirée qui m’attend avec mes copines ( Dany et Laetitia) . Je ne laisse rien paraître mais je ne pense qu’à la course du lendemain. En rigolant, je propose de m’accompagner en espérant sincèrement que la réponse soit positive. Après quelques messages à une autre copine, Aurélie, elles ont attendue 2h du matin pour dire : « OUI, si tu ne vas pas vite! » Mais vu que j’avais pas du tout connaissance de l’allure que j’allais avoir à 160 bpm… J’ai certifié qu’avec cette fréquence, c’était certain que je n’allais pas faire un record personnel. Difficile à encaisser, faire une course officielle en mode limace ne m’enchantait pas… mais c’est pour mon bien. Avec le soutien de mes 3 copines, j’allais vivre la course vraiment différemment. Un soulagement.

11049279_1383626055290756_1981978527_nLe dimanche matin, réveil à 6h30 (4h de sommeil), une douche pour faire office d’électrochoc, dernier ajustement de la tenue, vérification de mon sac et hop je pars récupérer mes copines mais aussi 2 copains. Nous partons tous ensemble dans la bonne humeur et dans la joie de se retrouver.

Pendant que les filles s’inscrivent sur place, je vais chercher sur le stand Disney VoluntEARS mon T-shirt et mon dossard. J’ai aussi un joli sac Disney comme cadeau.

Je croise Ludovic pour le remercier et nous discutons. Je lui explique mes craintes pour cette course. Il est à l’écoute, me conseille et m’explique les difficultés du parcours. Ses paroles me font du bien même si je doute encore. J’ai vraiment trop peur de faire du 8km/h.

Avec mes camarades, nous allons déposer nos affaires puis nous effectuons un échauffement qui va me permettre de me situer au niveau allure. Finalement, c’était déprimant de voir du 8,5 km/h pour 150 bpm. Je ne vous cache pas comment que j’avais pas envie de franchir la ligne de départ.

Direction cette fameuse ligne, une photo avec le team Disney VoluntEARS, je rejoins mes camarades avec Ludovic et hop nous attendons attentivement le départ.

Je n’ai absolument pas cette sensation de jambes lourdes, des courbatures, des problèmes respiratoires,… rien de cela. C’est vraiment difficile mais je suis entourée et je prends tous les conseils.

Magny le HongreUne course pour la cause :

Aujourd’hui, nous sommes environ 600 coureurs à prendre le départ sous un ciel gris.
Le départ est lancé, les coureurs s’élancent sans vraiment se bousculer, cela devient vite homogène. J’admire Ludo qui slalom à une allure extraordinaire, il adore ce moment. C’est vraiment agréable alors que les routes sont étroites. Le chemin est totalement dégagé, nous pouvons prendre toute la place que nous voulons.

Avec les filles, nous sentons la fatigue de la courte nuit. Personnellement, mon corps répond très bien, la respiration aussi,… C’est juste la fameuse fréquence cardiaque qui fait des siennes. J’avais prévenu que pour ne pas influencer ma fréquence cardiaque, il fallait que je ne parle pas… Cela n’a pas duré très longtemps… 100m. J’ai un groupe qui bavarde toujours et bonjour les crises de rire.

Durant les 4 premiers kilomètres, nous allons à une allure stable, nous avons un très bon rythme sans que je dépasse réellement l’objectif de ma FC. C’est que du faux-plat. Je goûte un gel dont je déteste le goût (citron-cactus), je prends le gel par petite dose avec des gorgées d’eau. J’ai un peu chaud par moment, alors qu’à d’autres j’ai froid avec le vent glacial. Et oui, nous avons le droit au vent de face. Génial vu que je sors de mon rhume. Je me protège le cou au maximum, bon, c’est déjà bien car il ne pleut pas.

Une fois le 5ème km passé, nous entamons une forte descente, je choisis l’option de récupérer au maximum du début de la course. Ludo m’avait parfaitement répété que la fin du parcours est difficile. J’ai opté pour la solution raisonnable pour ménager mes copines. C’est pile au moment où je pense à lui que je le croise au niveau de la boucle dans le parcours. En voyant Ludo de l’autre côté avec la côte, je lui fais signe pour lui donner un petit coup de boost. Je dis aux filles de se calmer et de se préparer à affronter la bonne montée qui nous attend. On s’hydrate bien et surtout on n’accélère pas maintenant. Ainsi, nous pouvons récupérer comme il faut afin de relancer la machine au moment souhaité.

Tadam, 7ème km, voici la montée qui ne se termine pas…. 1,5km pour une petite descente de 500m et nous remontons durant 1 km. En étant toutes les 4 ensembles, nous arrivons à garder le rythme et ça aide beaucoup à ne pas baisser les bras.

A 1km de la fin, je vois un de nos copains, qui vient nous encourager et nous dire qu’il reste que 3 virages ! Mais c’est long 3 virages. J’accélère pour que les filles me suivent et ne ralentissent pas. Je les connais trop bien.

C’est après des hurlements pour qu’elles me suivent. D’ailleurs, elles suivent sans broncher. Je remarque Ludo qui est sur le côté qui prend le chemin du retour pour le gymnase. Nous passons l’arche d’arrivée à la suite. C’est avec le sourire que j’annonce le chrono car je suis extrêmement fière de voir qu’on a toutes terminées sous les 59’. Nous sommes toutes heureuses vu les conditions qui n’étaient pas du tout appropriés pour une course. Certes, je ne fais pas mon meilleur chrono soit 50 min et des poussières. Mais, je suis tellement heureuse pour les filles que j’ai vite oublié le chrono. L’objectif était de les amener en-dessous des 1h. Il est largement atteint. Un moment de partage qui finalement m’a aidé à me soutenir dans mon déroulement de la course et l’acceptation du 160 bpm mais aussi de les accompagner à se surpasser sans vraiment être l’objectif de cette course.

10420270_10206359972543176_6529606656709412307_nUn de nos camarades, nous attend. On nous enlève la puce et nous partons vers le gymnase pour voir notre chrono récupérer notre rose et le sac offert. Nous pouvons aussi bénéficier du ravitaillement mais je le trouve un peu léger si je compare à celui de La Meldoise. Pour le prix du dossard, même si je ne l’ai pas payé, je trouve cela vraiment léger.

Grosse déception, je n’ai pas de médaille pour mettre avec toutes les autres en ma possession. Snif.

Un moment très convivial à se raconter notre course et les difficultés rencontrées. Je croise Mélanie et Samantha du Team TomTom. C’est plutôt sympa de recroiser des personnes en dehors des événements.

Je rejoins Ludovic pour faire un petit retour de ma course et voir sa petite famille. Il m’apprend qu’il n’a pas son record perso mais ce n’est pas grave. L’objectif finalement, c’est le marathon de Paris. Oui, oui, lui aussi va faire son 1er marathon.

MagnyLe parcours :

Le parcours se fait avec une seule boucle, j’apprécie vraiment car sinon c’est très ennuyeux. Ludovic m’avait prévenu du faux-plat qui a lieu vers la fin du parcours.

L’une de mes copines admirent toutes les maisons jusqu’à dire que c’est son rêve de vivre ici. Bref, en gros nous étions totalement en balade jusqu’à même prendre le numéro sur la pancarte : A vendre. C’était vraiment difficile de se concentrer, de ne pas parler et de ne pas rigoler avec les propos que j’avais autour de moi. : « Punaise, tu as vu comment ça fait riche ? »

Le parcours est plutôt plat sauf les 3 derniers kilomètres. Le seul  problème est le fait qu’il n’est pas assez banalisé. Des runners ont dû s’arrêter pour laisser passer les automobilistes mécontents qui klaxonnaient sans cesse. J’étais très choquée par l’attitude que les gens adoptent. Pour adoucir l’ambiance, Dany s’amusait à faire des « coucou » aux automobilistes ou encore a faire des remarques sur les voitures. Pouvez-vous me donner la solution pour rester de marbre devant les bêtises de Madame?!

11000166_1589633381282334_8543188416119144568_nBilan:

Pour conclure, je dois avouer que j’ai passé une merveilleuse matinée avec des gens que j’apprécie énormément. Cela m’a fait énormément de bien de pouvoir recourir avec mes copines… La préparation marathon est longue sans elles 😥

Ma fréquence cardiaque se situe au-dessus de l’objectif mais pas au maximum, soit 172 bpm. Pas trop mal mais je pense que j’aurais pu mieux faire.
Finalement, la qualité du parcours, du ravitaillement ou encore le chrono n’étaient pas mon centre d’intérêt dans cette course. Le but était de prendre du plaisir du début jusqu’à la fin sans me focaliser sur un chrono.

InstagramCapture_0aced2fd-124b-40c0-985c-55b069d8152a[1]Je remercie énormément Fredéric Coelho qui me conseille toujours très bien.

Un énorme merci à Ludo pour cette invitation et surtout d’avoir pensé à moi pour partager cette course. Mais aussi à Disney VoluntEARS pour le bon accueil.

Je ne pourrais jamais assez remercier mes copines pour me soutenir. Le geste me touche tellement. Une réel esprit d’équipe sans une impression de concurrence.

Un gros MERCI à mon mari pour son petit message avant mon départ. Il me redonne toujours un peu de peps 🙂

Bon pas de merci à Goofy qui est parti en pause quand j’ai voulu faire la photo avec lui et encore moins à Mickey qui a décidé de venir une fois que j’ai quitté les lieux. C’est la rupture entre nous !

A savoir, pour chaque inscription, 1 € sera reversé à ELA.

7 réflexions sur “Mon Compte-rendu du 10 km Magny-le-Hongre Val d’Europe – ELA

  1. Pingback: 10km avec mickey et ses amis pour l’association ELA « lepichouinsportif.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s